2e succès pour La Catillon (Gruyères/FR) avec Le roi est mort

de Vincent Dheygre !


 

chisaz2014-catillon-1Dimanche soir 5 octobre, le 11e Festival de Théâtre de Chisaz s’est achevé avec la cérémonie de remise des prix qui a vu le triomphe de la compagnie gruyérienne La Catillon et de son spectacle Le roi est mort de Vincent Dheygre qui remportent donc le Grand Prix du festival. A l’issue de ces deux semaines de spectacles en la salle de Chisaz à Crissier, les organisateurs tirent un bilan extrêmement positif, tant au niveau artistique qu’en matière d’affluence du public.

Les comédiens de La Catillon (Gruyères/FR) inscrivent pour la deuxième fois leur nom au palmarès de la manifestation, après leur succès de 2010 avec Les belles-sœurs de Michel Trembay. A noter que c’est la première fois, en vingt ans de festival, qu’une troupe remporte le Grand Prix à deux reprises. Le succès des comédiens fribourgeois est dû notamment à leur interprétation en tous points remarquable de cette comédie douce-amère de Vincent Dheygre, Le roi est mort, qui dénonce avec subtilité l’absurdité des guerres au travers d’une métaphore sur le jeu d’échec. La mise en scène soignée de Monique Marmy, ainsi que l’originalité du décor et des costumes, ont donc conquis les suffrages d’un jury qui avait eu pourtant fort à faire pour départager les cinq spectacles en lice sur la base d’une série de critères allant de la mise en scène à l’interprétation, en passant par la scénographie et la technique.

Autre spectacle récompensé, Rudens: les naufragés, de Plaute, présenté par le Groupe de Théâtre Antique de Neuchâtel et mis en scène par Guy Delafontaine, spectacle qui obtient le Prix Théâdrama. Cette comédie de l’auteur latin, dans une nouvelle traduction réalisée par la troupe elle-même, a été distinguée pour la qualité de sa mise en scène et la fraicheur du jeu des comédiens.

Artistiquement, les organisateurs tirent un bilan très positif. Les compagnies engagées dans le festival ont prouvé une fois encore la qualité et la diversité du théâtre amateur romand. D’autre part, les troupes se sont plues à souligner la qualité de l’accueil proposé par les organisateurs du Festival de Théâtre de Chisaz. Quant au spectacle de l’Option théâtrale des écoles de Crissier, Topaze de Marcel Pagnol, il a su convaincre un nombreux public qui a pu apprécier le travail remarquable réalisé par ces jeunes de 12 à 15 ans.

Grande satisfaction donc du côté du public qui a confirmé l’attrait grandissant du festival. Près de mille cinq cents spectateurs, dont un grand nombre d’abonnés, ont fréquenté les gradins de la salle de Chisaz à Crissier lors des huit soirées de la manifestation entre le 24 septembre et le 5 octobre. Parmi eux, un jury du public qui a décerné son coup de cœur au spectacle Le roi est mort de Vincent Dheygre présenté par La Catillon. L’édition 2014 du festival, malgré une programmation plus exigeante, confirme ainsi le succès enregistré lors des éditions précédentes, un succès qui démontre l’attrait du public romand pour le théâtre d’amateurs, un art populaire florissant susceptible d’attirer des spectateurs des quatre coins de Suisse romande.

Initié en 1994 par la commune de Crissier, la Fédération Suisse des Sociétés Théâtrales d’Amateurs (FSSTA), la Société de développement de Crissier et l’association Théâdrama, le Festival de Théâtre de Chisaz est devenu indéniablement une manifestation incontournable dans le domaine du théâtre d’amateurs. D’ores et déjà les organisateurs planchent sur la prochaine édition qui se déroulera en 2016 sous la direction d’un nouveau président, M. Jean-Daniel Duruz, qui succède à M. Anton Zysset qui a dirigé la manifestation depuis sa création en 1994. Rendez-vous est donc pris dans deux ans pour une 12e édition qui se voudra plus que jamais le reflet du dynamisme du théâtre amateur romand.

Crissier, 5 octobre 2014