Pour moi, le Genevoise, la Biennale commence sur un quai de la gare Cornavin à Genève, le vendredi 10 octobre 2014, à 11h15. Départ pour Lucerne, où nous arrivons avec 10 minutes de retard, suffisamment pour manquer la correspondance pour San Antonino ! Il a fallu attendre 30 minutes le train régional suivant, bien à l’abri sur le quai … mais trempée tout de même, parce qu’avec pluie et vent le quai n’est plus une protection ! Arrivée à l’hôtel, je n’ai que le temps de mettre des vêtements secs avant de rejoindre Janine Constantin Torreblanca à la Sala Multiuso (la salle polyvalente). Janine et moi sommes les deux représentantes de la FSSTA à cette biennale tessinoise.

 Dès 18h accueil des participants, à la sala multiuso par le comité d’organisation.

comiteffsi

Le comité d’organisation, avec Gianni Megaro, président de la FFSI, tout à droite

Excellent accueil très chaleureux et très très convivial. Ouverture officielle de la Biennale à 19h, par le président Gianni Megaro. A noté que, pendant les trois jours, il a fait toutes ses interventions dans les trois langues. Un immense merci à lui pour cet effort. Présentation des membres du comité d’organisation, et des membres de la troupe FFSI-Insieme. Ce nom a été choisi car cette troupe regroupe des membres de plusieurs troupes tessinoises, qui jouent ensemble. Rien à voir avec l’Association Insieme bien connue en Suisse romande.

19h45, premier spectacle de 30 minutes de la troupe FFSI-Insieme, Scintille, de Gianni Lemanna. Spectacle de danse et expression corporelle avec pour thème l’explosion du Bing Bang, puis la formation des étoiles. Ce splendide spectacle sans paroles ouvre magnifiquement la Biennale, compréhensible qu’il est de toutes les personnes présentes. Il est suivi d’un apéritif dinatoire, délicieux et très copieux, accompagné de l’incontournable Prosecco (il y avait aussi du vin blanc et rouge, des jus de fruit et de l’eau). Après ce copieux repas, la soirée s’est poursuivie au bar avec échanges entre les troupes. Puis tout le monde s’est retrouvé au bar de l’unique hôtel de la ville, pour une soirée très conviviale et bien arrosée.

Samedi matin petit déjeuner à l’hôtel, enfin pour Janine parce que moi, je suis restée endormie… Je n’ai pris qu’un croissant et un petit verre de jus d’orange. Pour le café j’ai dû attendre d’être à la buvette de la Sala Multiuso, juste avant le premier spectacle de la journée, à 10h, par la troupe tessinoise de Genève, Cristoforo Colombo, affiliée à la FFSI, Le virgine e gli Sposi, de Cecilia Scolari Fedele. Cette troupe a eu un problème de véhicule, ils n’ont pas reçu leurs décors et une comédienne n’a pas pu être emmenée dans la nouvelle voiture. Qu’à cela ne tienne, elle est remplacée au pied levé par Gianni Lamanna, qui, texte à la main a remplacé une jeune vierge ! Très beau spectacle, avec une très intéressante mise en scène. Le spectacle était suivi d’une animation musicale, avec un petit orchestre, mais nous n’étions qu’une petite quinzaine pour l’écouter ; car il n’était pas signalé dans le programme ! Dommage ! A 13h, à la salle de Paroisse, spectacle du groupe de la ZSV (fédération suisse alémanique). Dinner for One, de Anita Hächler, pièce très bien écrite, très très bien jouée, avec une mise en scène réglée au millimètre et compréhensible dans toutes les langues. Idéale pour une Biennale. A 15h, retour à la Sala Multiuso pour le spectacle en français de la Compagnie Saint Charles, troupe genevoise, Quatre pièces détachées, de Jean-Michel Ribbes. Personnellement j’ai trouvé deux des pièces de meilleure facture que les deux autres.

ciestcharlesLa Compagnie Saint Charles, d’Avusy (GE)

A 17h, retour à la salle de Paroisse pour un spectacle en italien, Il teatro quasi comico de Carlo Goldoni, adaptée par Gianni Lemanna, par la troupe FFSI-Insieme. Je n’ai pas tout compris, mais j’ai tout de même passé un très bon moment.

La soirée de gala de samedi c’est passée à l’Hôtel, avec orchestre et un excellent repas, qui s’est terminé au bar avec les autres troupes romandes.

Dimanche matin, après le petit déjeuner, direction la Sala Multiuso pour une nouvelle présentation du spectacle Scintille de Gianni Lemanna. Le comité d’organisation a décidé de remettre ce spectacle au programme en l’honneur des participants de Suisse alémaniques qui ne sont arrivés que samedi et n’ont pas vu ce spectacle d’ouverture, et ce, pour le plus grands plaisir de tous les participants.

Le programme du dimanche matin était conscré à la présentation des travaux de création inédits sur le thème Etincelles" par les troupes de trois Fédérations, FFSI, FSSTA et ZSV, dans les différentes langues nationales.

  • Spectacle en italien et dialecte tessinois, Ul Rop e l'Flöö da la Serva de Sebastiano Marvin, par la troupe I Matiröö (TI), durée 20 minutes.
  • Spectacle en français, Aimer Mal, de Magali Meylan, par la troupe L'Art d'Eco-médiens (VD), durée 30 minutes.
  • Spectacle en allemand Funke, du Jugendtheater de St Gall. Ce groupe de jeunes, adolescents et jeunes adultes, nous ont présenté un spectacle extrêmement bien réglé, très bien joué et fort sympathique, durée 30 minutes.

Durant tout le week-end, les spectacles se jouaient dans deux salles différentes, mais San Antonino est une petite ville et tous les déplacements pouvaient se faire à pied en quelques minutes.

Pendant trois jours j’ai essayé de parler l’italien appris à l’école il y a plus de 40 ans et on me répondait presque toujours en français ! Dans cette fourmilière de théâtreux on passait du français à l’italien, de l’italien à l’allemand et de l’allemand au français, et finalement on se comprenait très bien.

Magnifique Biennale, extrêmement bien organisée, avec des spectacles très intéressants et variés, un accueil chaleureux digne de cette région du sud, un programme fourni, il y en avait vraiment pour tout le monde. Un seul petit bémol, le manque de communication : les bénévoles n’étaient pas reconnaissables, pas de badges, de casquettes ou de t-shirts. Quand on avait une question on allait au bar, vers les seuls bénévoles visibles. A force, avec les heures et les animations on a fini par savoir à qui s’adresser.

Un immense merci au comité d’organisation, à la FFSI et à tous les bénévoles.

Murielle Cachin

Déléguée genevoise

murielle.cachin@fssta.ch

*FFSI = Federatione Filodrammatiche della Svizera Italiana